Réactivation de l’érosion latérale dans la Loire Forézienne (étude en cours)

La présence de deux grands barrages sur la Loire en entrée et sortie de périmètre du SAGE LRA contribue à altérer les continuités écologiques et sédimentaires du fleuve. Combinée aux extractions passées de granulat dans le lit mineur, la rupture du transit sédimentaire a généré depuis le siècle dernier une incision du lit qui aura pu atteindre les deux mètres par endroit.

Dans la plaine du Forez, outre la déconnexion progressive de l’ensemble des annexes fluviales et l’abaissement de la nappe d’accompagnement utilisée pour l’AEP et l’irrigation, on note la présence de nombreux secteurs où le substratum marneux affleure, ce qui d’une part limite fortement l’habitabilité biologiques du milieu et d’autre part, renforce le phénomène d’enfoncement du lit du fait de la dessiccation des marnes exondées à l’étiage.

Comptant parmi les priorités du SAGE LRA depuis son élaboration, les actions dites « fleuve Loire » visent aujourd’hui à expérimenter la reconstitution d’un matelas alluvial dans les zones les plus incisées et à faciliter la recharge sédimentaire en réactivant l’érosion latérale et/ou en remobilisant les matériaux présents sur les bancs alluvionnaires. L’ensemble des études pré-opérationnelles seront achevées début 2020.

Trois dispositions complémentaires du SAGE Loire Rhône-Alpes visent à limiter le dysfonctionnement géomorphologique de la Loire dans sa traversée de la plaine du Forez :

Disposition 1.6.4 : Rétablir des milieux ouverts et la mobilité des dépôts alluvionnaires à travers la gestion de la végétation des berges et des bancs présents dans le lit (étude DDT 42 finalisée, pdf, 86 p.)

Disposition 1.6.5 : Expérimenter la reconstitution d’un pavage du lit en matériaux grossiers prélevés dans le lit majeur et sur les bancs (étude EP Loire, en cours).

Disposition 1.6.3 : Réactiver l’érosion latérale des terrains en bordure de Loire (présente étude portée par le Département de la Loire). Les objectifs de l’étude en cours en application de cette dernière disposition sont de :
– définir des zones où l’érosion latérale sera possible;
– évaluer les possibilités de recharge complémentaires (barrage de Grangent et affluents);
– définir les modalités de réactivation de l’érosion latérale.